E-tourisme : les tendances à l’horizon 2020

En France, la moitié des ventes de voyages passent par Internet. Comment l’e-tourisme évoluera-t-il jusqu’en 2020 ? Quels acteurs vont en tirer le plus grand parti ? Les réponses de Phocuswright. L’e-tourisme français poursuit son bel essor. C’est le fil conducteur de l’étude « French Online Travel Overview Twelfth Edition », réalisée par Phocuswright. Un rapport de […]

En France, la moitié des ventes de voyages passent par Internet. Comment l’e-tourisme évoluera-t-il jusqu’en 2020 ? Quels acteurs vont en tirer le plus grand parti ? Les réponses de Phocuswright.

L’e-tourisme français poursuit son bel essor. C’est le fil conducteur de l’étude « French Online Travel Overview Twelfth Edition », réalisée par Phocuswright. Un rapport de 34 pages auquel le cabinet américain d’analyses digitales nous a donné accès, en avant-première. Découvrez notre synthèse, au travers de chiffres clés et d’une infographie.

  • Malgré une année compliquée, le marché français global du voyage (offline + online) augmente de 3% en 2016, pour atteindre 45,3 milliards d’euros. L’e-tourisme se développe plus rapidement, avec une progression de 8% l’an dernier. Les perspectives des années suivantes s’inscrivent dans la même veine, jusqu’à un léger tassement de la croissance en 2020 (+5%).
  • Le taux de pénétration online atteint 45% en 2016 (4 points en dessous de la moyenne européenne), et grimpera à 52% en 2020.
  • S’agissant des agences de voyages en ligne (OTAs) actives sur le marché tricolore, leur nombre s’est réduit suite à des mouvements de consolidation. Par rapport aux ventes online globales, la part de marché des OTAs devrait légèrement s’éroder, passant de 39% en 2016, à 37% en 2020.
  • Sur le web, grâce à leurs efforts pour stimuler les ventes directes, les fournisseurs affichent de meilleures performances que les OTAs.
  • Autre projection de Phocuswright, presque surprenante par rapport à la tendance baissière observée par le Syndicat des entreprises de tour-operating (Seto) : les réservations provenant des voyagistes vont légèrement augmenter d’ici 2020, pour atteindre 4,9 milliards d’euros. Toutefois, dans l’absolu, leur part de marché s’effritera.
  • Le secteur spécifique de l’hôtellerie, qui a largement souffert des attentats, reste pour sa part fragmenté. Les OTAs dominent le paysage, à commencer par Booking, qui devrait truster 26% des réservations globales hôtelières en 2020.
  • Tous produits confondus, le mobile est toujours en pleine essor (+24% en 2016), alors que l’expérience utilisateur sur nos terminaux de poche s’améliore au fil des mois.

L’étude Phocuswright’s French Online Travel Overview Twelfth Edition a été réalisée grâce à 90 interviews d’entreprises européennes, de différents secteurs, réalisées juste avant les attentats du 14 juillet 2016 : compagnies aériennes, TO, transporteurs ferroviaires, OTAs, fournisseurs technologiques. Les conclusions portent sur la vente de voyages loisirs et d’affaires « unmanaged ». A noter que le collaboratif n’est pas pris en compte.

Evolution de l’e-tourisme français (2014-2020)

Evolution de l'etourisme

Source