Un tourisme toujours bon pour les affaires ? Pas sûr

Le tourisme d’affaires est encore en baisse en 2016. Encore une étude intéressante de Coach Omnium sur l’évolution du marché du tourisme d’affaire en France. Quand on évoque le tourisme d’affaire, on évoque le MICE : « Meetings, Incentives, Conferencing, Exhibitions ». Comme le précise l’étude, le terrorisme n’a pas vraiment d’impact sur ce secteur. […]

Le tourisme d’affaires est encore en baisse en 2016. Encore une étude intéressante de Coach Omnium sur l’évolution du marché du tourisme d’affaire en France. Quand on évoque le tourisme d’affaire, on évoque le MICE : « Meetings, Incentives, Conferencing, Exhibitions ». Comme le précise l’étude, le terrorisme n’a pas vraiment d’impact sur ce secteur. Il s’agit essentiellement d’économies de la part des entreprises clientes.

Un volume estimé à plus de 8 milliards d’euros

Les entreprises établies en France ont dépensé en 2016 un volume global estimé de 8,07 milliards d’euros sur le marché du MICE. Il s’agit donc d’une baisse évaluée à -1,6 % par rapport à 2015 qui avait connu une légère hausse de 1,2 %. Bref comme le note Mark Watkins, le patron de Coach Omnium, ce secteur fait du yoyo.
Il est précisé que le volume constaté est hors dépenses des entreprises localisées à l’étranger et venant en France et hors budgets des entreprises françaises pour leurs manifestations à l’étranger.

Les entreprises s’y prennent à la dernière minute

La demande en MICE reste cependant forte car les entreprises ont besoin de réunir leurs collaborateurs et clients. Mais cette demande reste imprévisible car les réservations s’effectuent sans anticipation.

Il s’agit d’une vraie habitude de consommation

Les sociétés basées en France organisent leurs meetings dans l’Hexagone. C’est une chance pour les professionnels (organisateurs, hôteliers…), les entreprises veulent faire des économies et réduisent les distances et le temps d’acheminement vers les lieux de séminaires et de conventions.

Les entreprises recherchent des lieux originaux

Les hôtels seraient nettement moins demandés depuis 4 ans comme lieux de séminaires. Les entreprises recherchent assez souvent des lieux/prestataires originaux. Près de 9 participants sur 10 sont enthousiastes à partir en séminaire/convention mais forte utilisation de salles dans les entreprises, au détriment des prestataires MICE.

Le terrorisme a peu d’impact sur le secteur du MICE

« Dans sa précédente enquête réalisée en 2015, Coach Omnium avait révélé que les faits préoccupants que sont les attentats en France et à l’étranger n’avaient pas eu de répercussions notables auprès des entreprises dans le cadre de la tenue de leurs réunions professionnelles ».

Par contre l’impact économique des attentats est bien réel sur la clientèle touristique (de loisirs).
Coach Omnium communique sa méthodologie pour cette étude « Cette enquête quali-quantitative se base sur des interviews téléphoniques approfondies ciblées réalisées en décembre 2016 et en cours d’année via différentes enquêtes auprès d’un total de 855 contacts utiles dans des entreprises, fédérations et agences d’événementiel françaises et étrangères établies en France, ciblées organisatrices de manifestations, de toutes tailles et dans tous secteurs ciblés ».
Le marché concerne tous types de rassemblements professionnels, allant de quelques personnes à plusieurs centaines de participants.

Source